Alors que la planète roller vitesse a les yeux fixés sur l'ultime échéance de la saison 2014, les Championnats du Monde de Rosario en Argentine, Yann Guyader poursuit son petit bonhomme de chemin loin des tumultes et de la pression qu'une hypothétique sélection lui aurait imposé.  En l'espace d'un mois, l'homme aux "pistoleros", descendu de son fougueux cheval, se sera présenté sur la ligne de quelques marathons et pas les moindres.

Il remporte mi Septembre l'épreuve de Linth en Suisse, puis sur la lancée gagne le Marathon de Prague, peu importe si cette épreuve relève plus, pour les mauvaises langues, d'une course exhibition. De retour en France, faisant l'impasse sur Berlin où il soupçonne d'être poursuivi par un chat noir, il prête mains fortes à ses compagnons d'EOquipe lors de la Coupe de France à Lyon pour un quarté gagnant.

10704220_796709973704745_5406338051844153760_o

1531936_796708367038239_3121011254060034125_o

10368825_796710707038005_443881123605163915_o

Vainqueur au marathon de Prague

1959526_802330106476065_5623883736955262492_n

Second à Lyon avec le quatuor Eoskates

10686826_801936093182133_5017551565993771540_n

Vainqueur en Solitaire à Jeonju (Corée du Sud)

Infatigable, toujours pas rassasié, pendant que ses Amis battent le bitûme péniblement au France Marathon de Brétigny/Orge, il s'envole direction la Corée du Sud pour le Marathon International de Jeonju qu'il empoche comme en 2013, ceci malgré la forte concurrence locale.

Alors que la plupart des patineurs de sa génération ont déjà plié bagages depuis belle lurette, Yann Guyader, l'increvable du "Mille Bornes", en quête de la perfection, continue sa route dans une autre dimension, jouant comme il aime d'un extrême à l'autre, entre prises de risques et prises de tête. Tant qu'il aura des défis à relever,  l'éternel jeune, héros solitaire, poursuivra sa quête de l'impossible "Graal" et continuera à susciter la curiosité, le respect et l'admiration parce qu'il le vaut bien.  

Lucien Mazan