img156

Un Grand Ami du roller et des Métallos s'en est allé en la personne de Serge Gardères. Celui que l'on appelait plus affectueusement "Sergio" aura été de toutes les révolutions de l'âge de la roue de bois jusqu'au roller en ligne. Et il en aura croisé du monde, et du beau, entre patineurs, entraîneurs et dirigeants de tous les continents, passionnés comme lui, depuis ses premiers tours de roues qu'il effectua sous le maillot blanc de l'Amicale Laïque de Valence d'Agen alors dirigée par l'incontournable Jacques Fronton.

Les Métallos Rollers avec en tête, Jacques Bouchet, suivis des Boutet, Leroux, Favreau, Saïdou et plus récemment Yann Guyader se souviennent des bons souvenirs et anecdotes croustillantes partagées avec l'Ami Sergio, que ce soit sur les circuits ou encore avec l'équipe de France.

Fervent lecteur du blog mscroller, il n'hésitait pas à commenter les articles comme celui du retour de la lumière à la Durantière :

"J'ai certainement commencé à me faire un nom de "cabochon" sur cette piste, lors du Championnat de France 1978. 15 avertissements sur une course, c'est pour vous dire. Les juges n'avaient d'yeux que pour moi. Exclu de Championnat, les "potes" du peloton s'étaient tous mis en grève pour que je sois réintégrer, une sacrée et autre époque."

Malgré son gabarit poids plume, Serge au caractère bien trempé, n'hésitait pas à se lancer dans le peloton en quête d'un titre suprême qu'il aurait tant mérité. En effet toujours placé mais très rarement gagnant, Serge aura toujours été poursuivi par les concours de circonstances quand cela n'était pas la malchance. La goutte d'eau qui fera déborder le vase sera sûrement l'inmanquable titre européen de l'américaine sur piste qui lui tendait les bras à Gujan Mestras en 1988

Qu'on se rassure, il s'en est remis après avoir définitivement mis ses rollers aux clous, il se consacre alors de plus belle à l'entraînement des patineurs de Valence d'Agen. En suivra l'éclosion d'une multitude de talents qui iront étoffer les palmarès des clubs valenciens entre l'Amicale Laïque et le Valence Roller Sports. Le départ de l'entraîneur américain Charly Lucas alors responsable des équipes de France ouvre de nouvelles perspectives à Serge qui se voit proposer la place d'entraîneur national.

C'est le début du succès avec à la clef une moisson de titres mondiaux récoltés sur la décénnie par l'équipe de France symbolisée par le triplé français au Mondial 2001 de Valence d'Agen lors de l'épreuve du double Marathon remporté par Franck Cardin. Dans la foulée des titres mondiaux d'Estelle Flourens et de Pascal Briand, c'est l'avénement de la jeune garde qui avec les Grandgirard, Huguen, Sourisseau, Gallot, Rabeau, Lépine, Despaux, Le Pivert, De Souza, Boucher, etc, "trust" les titres continentaux et mondiaux. Il aura également accompli l'exploit de canaliser 2 caractères forts du roller français et pas les moindres, le corsaire Alexis Contin et le fougueux Yann Guyader.

Des origines du roller de vitesse à aujourd'hui, il aura certainement été l'entraîneur national le plus capé de l'histoire. Mais Serge en est resté là, humble, sans tambour, ni trompette, égale à lui même, toujours à l'écoute, près à monter au créneau, défendant et argumentant son point vue sur le roller de vitesse avant-gardiste mais aussi dérangeant. Son accent particulièrement chaleureux apportait un plus dans ses convictions à révolutionner son sport pour qu'il devienne un jour Olympique.

Avec le départ de Sergio, c'est un pan de la mémoire du roller qui s'écroule. Souhaitons que les jeunes et dirigeants qu'il aura former autour de lui sauront relever le flambeau dans l'esprit et les mêmes valeurs.

Bien affectueusement à Brigitte, Joris, tous ses proches et amis.

Les Amis du Métallo Rollersports.